Les régimes de retraite européens face à l’épidémie de Covid-19 – Enquête de l’EAPSPI

Dans le prolongement d’échanges sur les conséquences du Covid-19, l’Association Européenne des Institutions de Retraite du Secteur Public (European Association of Public Sector Pension Institutions – EAPSPI) a mené une enquête auprès de ses membres concernant les changements qui ont pu être observés dans la relation entre régimes de retraite et affiliés en raison du contexte sanitaire.

L’EAPSPI est une association regroupant 24 régimes de retraite du secteur public de 15 pays européens, représentant 33 millions d’affiliés actifs et de retraités du secteur public. Préfon en est membre depuis 2013.

Pour mieux comprendre l’impact de la crise sanitaire sur l’environnement des régimes de retraite du secteur public en Europe, l’association a conduit un sondage auprès de ses membres.

Outre la nécessaire digitalisation des outils de communication dans la relation client, les membres ont relevé l’émergence de nouvelles questions de leurs affiliés pour s’assurer de la sûreté des fonds placés, ou au contraire pour investir dans des fonds plus risqués. De manière générale, les investisseurs institutionnels européens tels que les caisses de retraite ont peu fait évoluer leur allocation au cours des mois de crise. Une partie s’apprête à financer davantage des actifs réels comme les infrastructures, par exemple en lien avec les investissements du plan de relance européen.

L’équilibre financier des régimes de retraite dépend aussi de l’évolution des cotisations. Dans de nombreux pays européens, l’État a pris des mesures pour assumer la charge de moindres cotisations, notamment en cas de difficultés des employeurs.

Il ressort par ailleurs de l’enquête que certains membres ont préféré ne plus recevoir de public, quand d’autres ont choisi de limiter leur capacité d’accueil.

Concernant le fonctionnement des régimes de retraites en eux-mêmes, la majorité des membres indiquent que leur structure interne n’a pas subi de profondes modifications, en dehors de la mise en place des gestes barrières ou du recours fréquent au télétravail, engendrant l’adaptation des outils informatiques.